Samedi 17 Août 2019
17:53:38

Système de contrôle centralisé de réutilisation d’eaux usées pour l’usage agricole aux îles Baléares (Espagne)

Ministerio de Medio Ambiente y Medio Rural y Marino

Champs d'Activité: Systèmes d’Automatisation et de Contrôle, Systèmes d’Information

Secteurs d'Intervention: Stations d'Épuration, Modernisation de l'Irrigation

 

 

Dans le but de garantir une agriculture productive, durable et de qualité, le Ministère de l’Environnement, du Milieu Rural et Marin (MARM), à travers Tragsa, a misé, entre autres projets, sur la modernisation de diverses irrigations aux Îles Baléares, comme l’une des actions du Plan de Choc des Irrigations. Grâce à ce projet, on prétend récupérer une partie des eaux provenant d’une station d’épuration d’eaux usées et les réutiliser pour l’irrigation, en modernisant sept communautés d’irrigants et en parvenant à optimiser les systèmes d’irrigation.

Le projet inclut divers éléments, dont une station d’épuration d’eaux usées, un système de bassins de stockage intermédiaire d’eau et son système hydraulique associé, un système de télécontrôle d’irrigation à haute pression, ainsi qu’un système automatique de contrôle parcellaire d’irrigation à basse pression.

Il y a lieu de remarquer l’importance d’une gestion centralisée de tous les éléments afin de garantir le maximum d’efficacité et la fourniture de la ressource. C’est dans cette intention qu’a été utilisé un système de contrôle de dernière génération qui inclut un système de supervision et contrôle SCADA à architecture distribuée, des systèmes de communications 3G, GPRS, UMTS, HDPPA, ADSL, un système d’alimentation par panneaux solaires photovoltaïques et standards comme le S88, qui aide à améliorer la compréhension des communications. Dans ce but et afin de faciliter l’exploitation et la prise de décisions par les gestionnaires du système, assouplir la compartimentation de l’information avec d’autres organismes de l’État et européens, et pour simplifier l’intégration d’extensions éventuelles, on remarque quatre aspects qui articulent le système de contrôle:
• Architecture de communications, groupée en deux blocs:
a. Centres de contrôle locaux. Un centre de contrôle dans chacune des sept communautés.
b. Centre de contrôle général, à Palma de Majorque, avec deux parties différenciées:
- L’application SCADA, qui dispose de l’information de tous les pompages et irrigations et permet la connexion simultanée et simple d’un maximum de 10 utilisateurs.
- L’application Web: elle permet de monitoriser et de gérer les terminaux d’irrigation du système. Les irrigants peuvent accéder, de n’importe quel endroit dans le monde, à travers un ordinateur ou un dispositif portable connecté à Internet, et contrôler toutes les données et paramètres correspondant à leurs parcelles. Ils peuvent aussi suivre l’évolution des consommations et exporter les données montrées en format Excel pour plus de commodité d’usage.

• 495 unités de contrôle de poste. L’unité à distance utilisée est l’équipement aquaReg, fabriqué et fourni par Adasa, et qui est en communication par GPRS avec le centre de contrôle local de chaque communauté. Il se charge de fermer et ouvrir les électrovalves, de lire et de transmettre les impulsions du compteur et, dans certains cas, de capter le signal analogique de pression.

• Automate de contrôle. Il gère les entrées et sorties du pompage associé et est en communication avec le centre de contrôle local. Il permet de contrôler les systèmes de régulation dans le bassin et les anomalies qui peuvent surgir dans les pompages, ainsi que la rotation des pompes et la gestion des heures de fonctionnement et intervention par le personnel de maintenance.

• Centre de contrôle. Au centre de contrôle local, le système SCADA est chargé de superviser et opérer tous les équipements locaux. De même, l’information de tous les pompages et irrigations est centralisée au centre de contrôle général.

Ils ont tous été conçus avec les dernières technologies, et permettent l’accès Web, WAP et l’envoi de messages SMS à un portable, en assurant une grande interopérabilité entre les irrigants et le système d’irrigation. Il introduit également diverses améliorations qui permettent, entre autres, de contrôler et de superviser les consommations d’électricité, la facturation des différents irrigants, l’enregistrement d’historiques, outre la programmation massive des unités d’irrigation à distance.